Bienvenue sur le forum de votre faculté !
Degemer-mad war poull-kanna o rannskol !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...

Aller en bas 
AuteurMessage
alcibiade
Moins nouveau


Nombre de messages : 14
Localisation : L3 philosophie
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   Dim 01 Oct 2006, 19:07

Dans Le Monde des livres de vendredi dernier:


Heidegger à perdre la raison
LE MONDE DES LIVRES | 28.09.06 | 17h07 • Mis à jour le 28.09.06 |

Dans l'obscure chambre de service qui lui tient lieu de cabinet philosophique, François Fédier ne décolère pas. Sous le regard tutélaire de Martin Heidegger (1889-1976), dont les portraits côtoient ici les oeuvres complètes en allemand, le gardien du temple exhibe une à une les pièces de l'interminable "affaire Heidegger", et de son tout dernier rebondissement : la décision - assez inhabituelle - des éditions Gallimard de renoncer à la publication d'un ouvrage collectif coordonné par lui-même, et intitulé Heidegger à plus forte raison. Annoncé pour le 23 mars, le livre n'est pas sorti en librairie. Et il apparaît désormais que s'il doit être publié un jour, ce ne sera pas chez Gallimard, l'éditeur traditionnel d'Heidegger en France, où François Fédier est venu déposer, au fil des ans, chaque tome des Œuvres du Maître.


A en croire Fédier, c'est justement à l'occasion d'une remise de disquette que serait né le projet Heidegger à plus forte raison, un épais volume au titre manifeste, qui devait venir riposter au livre publié par Emmanuel Faye au printemps 2005 : Heidegger. L'introduction du nazisme dans la philosophie (Albin Michel). Faye y développait l'idée selon laquelle, loin de constituer un simple accident de parcours, l'engagement hitlérien du penseur allemand coïncidait avec la vérité profonde de son oeuvre ("Le Monde des Livres" du 25 mars 2005).

Devant le puissant écho rencontré par cet essai, certains heideggeriens avaient ressenti le besoin d'une contre-offensive. D'après François Fédier, toutefois, c'est Marcel Gauchet lui-même, éditeur chez Gallimard, qui en a eu l'initiative : "Environ un mois après la parution du bouquin de Faye, raconte-t-il, je vais, avec un traducteur, remettre un tome des Œuvres à Marcel Gauchet. Pendant que le traducteur s'absente, Gauchet me demande si j'ai lu le livre de Faye. Je réponds que oui. Il me dit "vous savez, il faut faire quelque chose, il faut répliquer, c'est absolument nécessaire. Entreprenez quelque chose, je vous soutiendrai...""

Dès le mois de juin, donc, François Fédier réunit une équipe de dix auteurs qui s'attèlent à la tâche. Objectif : réfuter point par point l'argumentation d'Emmanuel Faye. C'est l'affaire d'un été prolongé : à la mi-octobre, le texte est achevé. Le 2 novembre 2005, un contrat en bonne et due forme est signé. Après quelques corrections superficielles, plusieurs jeux d'épreuves sont imprimés puis expédiés aux journalistes. Tout semble en place, donc, et la petite troupe heideggerienne croit enfin tenir sa revanche. Heidegger à plus forte raison allait même faire l'objet d'un compte rendu publié dans le numéro inaugural de Philosophie Magazine, daté d'avril-mai. Au même moment, la revue L'Infini consacrait un numéro spécial à Heidegger (no 95, Gallimard), numéro rapidement épuisé - et qui vient d'être réimprimé.

Or voilà que passent les semaines, les mois, et l'ouvrage, lui, ne paraît toujours pas. Bien plus, le 4 août, Antoine Gallimard, qui n'a pas souhaité répondre à nos questions, écrit à François Fédier pour lui signifier que le contrat du 2 novembre 2005 est résilié. Après lecture du service juridique et consultation d'un avocat, la maison considère désormais que la publication de ce texte risquerait d'entraîner des poursuites judiciaires, explique le PDG de Gallimard dans ce courrier, non sans commettre un assez joli lapsus, puisque sous sa plume l'ouvrage est rebaptisé Heidegger à perdre la raison...

Comment, en effet, rendre raison d'une pareille volte-face ? Toujours selon François Fédier, Marcel Gauchet, l'éditeur chargé de ce manuscrit, n'avait rien trouvé à y redire. C'est de l'extérieur que l'alarme a été donnée. Car peu après la diffusion des épreuves, Emmanuel Faye, qui a pu en prendre connaissance, expédie un "mémento" à quelques journalistes, ainsi qu'à plusieurs figures de la scène intellectuelle, dont l'historien Pierre Vidal-Naquet, décédé depuis. Un texte bref, qui s'ouvre sur ce jugement sans appel : "Un an après la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, un ouvrage à paraître chez Gallimard fait l'apologie d'une position négationniste".

"FAUSSE MANOEUVRE"

A l'appui de sa démonstration, Faye relève notamment que, dans sa contribution, François Fédier prend la défense de Jean Beaufret (disparu en 1982), l'une des figures tutélaires de l'heideggerianisme à la française, et qui avait jugé bon, en 1978, d'envoyer une lettre de soutien à l'agitateur négationniste Robert Faurisson. Dans un autre passage du même texte, relève encore Emmanuel Faye, Fédier expose que loin de "nier l'extermination" des juifs d'Europe, Beaufret s'était contenté de "mettre en doute l'existence des chambres à gaz".

Il faut croire que la nuance n'a pas convaincu les juristes de Gallimard, qui ont en outre fait valoir que plusieurs passages du livre étaient particulièrement "discourtois" à l'encontre d'Emmanuel Faye. Celui-ci aurait-il été fondé à porter plainte pour diffamation ? Toujours est-il que c'est la perspective d'un procès qui semble avoir fait reculer les éditions Gallimard, comme le suggère Marcel Gauchet : "Ce n'est pas mon rayon direct, je ne me suis absolument pas occupé de la question, et je ne comprends pas très bien ce qui s'est passé. Mais ce que je vois là-dedans, c'est d'abord une fausse manoeuvre au niveau des épreuves, qui ont été diffusées de façon précipitée, et ensuite les effets de la judiciarisation qui gagne l'édition. Tout se passe maintenant dans les coulisses, entre avocats et éditeurs. Et ce n'est pas ce qui peut arriver de mieux à l'intelligence...", regrette l'éditeur, qui croit également savoir que François Fédier a refusé les corrections proposées par Antoine Gallimard.

Faux, rectifie François Fédier, qui affirme avoir "entièrement réécrit" sa contribution. Et de fait, dans une nouvelle version dont Le Monde a pu prendre connaissance, l'auteur a largement remanié son texte, émoussant ses attaques contre Emmanuel Faye et supprimant la quasi-totalité du passage consacré à Jean Beaufret. Dans un courrier adressé à Antoine Gallimard et daté du 28 août, Fédier se dit "profondément choqué" par la décision de l'éditeur. En renonçant à la publication du livre, déplore-t-il, la maison "se soumet sans coup férir à l'avis des détracteurs de Heidegger, ceux-là mêmes que nous avions d'un commun accord décidé de combattre".
Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 29.09.06
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alcibiade
Moins nouveau


Nombre de messages : 14
Localisation : L3 philosophie
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   Dim 01 Oct 2006, 19:10

Emmanuel Faye, maître de conférences à Paris-X
"Gallimard a pris ses responsabilités"
LE MONDE DES LIVRES | 28.09.06 | 17h08


Certains auteurs de Heidegger à plus forte raison prétendent que vous avez fait pression sur Gallimard pour que ce livre ne soit pas publié. Qu'en est-il exactement ?

Il s'agit d'une rumeur absurde, et j'aimerais savoir qui a tenté de la répandre. Mais il ne faut plus s'étonner de rien après le ton incroyablement injurieux d'un livre où, par exemple, les personnalités qui ont publiquement défendu mes recherches (Jacques Bouveresse, Jacques Brunschwig, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, entre autres) sont assimilées à de la "pègre universitaire" qui se "laisse acheter" !


Par ailleurs, François Fédier soutient dans ce volume que l'on peut "mettre en doute l'existence des chambres à gaz" sans "nier l'extermination". J'ai consulté Serge Klarsfeld qui a été formel : si l'on nie l'arme principale conçue pour éliminer les juifs, on conteste les millions de morts dans les camps d'extermination et l'on met donc en doute le génocide par lequel les juifs ont été exterminés.

Pierre Vidal-Naquet, qui s'est indigné du livre, avait accepté d'écrire un article à la demande du Monde diplomatique. Sa disparition ne lui en a pas laissé le temps. Pour ma part, je me suis limité à rédiger une note rappelant les positions respectives de Faurisson et Beaufret en 1978, et de Fédier en 1995 et aujourd'hui, et je l'ai adressée au Monde et à Libération pour les informer de cette dérive d'un heideggérianisme radical vers le négationnisme ; mais je n'ai eu aucun contact avec Gallimard, qui a pris seul ses responsabilités.

Article paru dans l'édition du 29.09.06
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alcibiade
Moins nouveau


Nombre de messages : 14
Localisation : L3 philosophie
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   Dim 01 Oct 2006, 19:19

Les réflexes de Faye mis à part, qui semble toujours aussi déterminé, qu'en est-il des accusations contre Fédier et Beaufret qui sont assez récurrentes? S'agit-il de faits indiscutables? Si oui quels sont-ils? Le problème c'est que, sachant qui est E. Faye et voyant que ces accusations semblent reposer sur la même technique de citation que d'habitude ( " à l'emporte pièce" ), l'exactitude des "faits" reprochés n'est pas évidente... ça serait plus simple qu'il cite tout le passage non? Mais j'ai bien conscience que le terrain est glissant, voire douloureux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   Dim 01 Oct 2006, 19:45

Pour ce qui concerne J. Beaufret, il y a en effet un courrier très embarrassant adressé à son ancien élève R. Faurisson, devenu malheureusement célèbre pour son négationnisme, dans lequel il l'assurait de sa solidarité vis-à-vis de ce qu'il considérait comme une forme de chasse aux sorcières.
Le courrier en question portait, à ma connaissance, exclusivement sur le "battage médiatique" dont selon Beaufret, Faurisson faisait l'objet et pas du tout sur un soutien théorique aux thèses négationnistes, mais sur ce point E. Faye évoque bien un fait, très douloureux pour qui apprécie par ailleurs les oeuvres de Beaufret.

En ce qui concerne F. Fédier en revanche, je n'ai connaissance d'aucun écrit de Fédier "de 1995 à aujourd'hui" qu'on pourrait mettre "dans le même sac".
Par ailleurs, vous aurez remarqué le magnifique sophisme figurant dans l'interview du Monde: "Par ailleurs, François Fédier soutient dans ce volume que l'on peut "mettre en doute l'existence des chambres à gaz" sans "nier l'extermination". J'ai consulté Serge Klarsfeld qui a été formel : si l'on nie l'arme principale conçue pour éliminer les juifs, on conteste les millions de morts dans les camps d'extermination et l'on met donc en doute le génocide par lequel les juifs ont été exterminés."
Fédier affirme — c'est sa position à lui, pas la mienne — que "mettre en doute" n'est justement pas "nier" et Faye continue sur "nier l'arme principale"… Descartes a-t-il nié l'existence de Dieu?

D'une manière générale, comme l'ont très bien montré des gens comme Vidal-Naquet, Ricoeur ou mon collègue brestois FB, le négationnisme proprement dit joue précisément des lacunes d'une épistémologie de l'Histoire d'origine positiviste qui prétend démontrer par a+b l'existence de faits dont l'assertion ne peut reposer que sur une certitude morale et non sur une évidence mathématique.
Comme j'ai déjà eu souvent l'occasion de développer en cours cette position, de façon bien plus longue et précise qu'ici, j'affirme sans détours, histoire d'éviter toute confusion ou procès d'intention, que je suis absolument certain de l'existence des chambres à gaz et que la loi Gayssot qui réprime le négationnisme me semble une excellente loi, ce qui n'empêche pas par ailleurs, au moins je l'espère, que se maintienne un débat serein sur l'épistémologie de l'Histoire et sur les modalités de la certitude historique.

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gweltaz
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 33
Promo : Histoire
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   Mar 03 Oct 2006, 20:34

Faurisson condamné
à trois mois avec sursis

NOUVELOBS.COM | 03.10.06 | 14:10

L'ex-professeur de littérature a été condamné pour des propos négationnistes tenus sur une chaîne iranienne en février 2005.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mardi Robert Faurisson à trois mois d'emprisonnement avec sursis et 7.500 euros d'amende pour des propos niant l'extermination des juifs par les nazis tenus en 2005 sur une chaîne iranienne.
Le ministère public avait requis une peine d'emprisonnement, assortie ou non de sursis, contre Robert Faurisson, 77 ans. Cet ex-professeur de littérature révisionniste était poursuivi pour ses déclarations tenues sur une chaîne satellitaire iranienne gouvernementale, Sahar 1, en février 2005.
Robert Faurisson devait répondre des charges de "complicité de contestation de l'existence de crime contre l'humanité".

Cran supérieur

Vivant à Vichy, l'historien de 77 ans, avait une fois encore succombé au négationnisme, réfutant l'existence du génocide juif et des chambres à gaz d'Auschwitz. "Il n'a jamais existé une seule chambre à gaz d'exécution chez les Allemands, pas une seule (…). Par conséquent, ce que des millions de touristes visitent à Auschwitz, c'est un mensonge, c'est une falsification, c'est une tromperie pour touristes", avait-il entre autres déclaré.
Déjà condamné à plusieurs reprises entre 1992 et 1998 à des amendes pour contestation de l'existence ou apologie de crime de guerre, Robert Faurisson avait lors des réquisitoires vu le procureur estimer qu'il était "temps de passer à un cran supérieur", autrement dit à des peines de prison.

Diatribe

Robert Faurisson avait lors de l'audience maintenu toutes les déclarations qu'il avait faites à la télévision iranienne, mais avait expliqué qu'il ne se doutait pas qu'elles seraient diffusées en France. Sa comparution avait été pour l'ex-professeur de littérature à l'Université de Lyon l'occasion d'exposer ses thèses pendant près d'une heure et demie. La partie civile s'était fendue de vives contestations. Le président du tribunal Jean Bonnal avait en vain demandé au prévenu de "terminer brièvement". "Je ne nie rien. J'affirme au terme de mes recherches qu'il n'y a jamais eu de politique d'extermination physique des Juifs", affirmait Robert Faurisson, s'en prenant à "Simon Wiesenthal et autres menteurs", soutenant que le "journal d'Anne Franck [était] un faux". Ses nombreux partisans, venus le soutenir, l'avaient applaudi à l'issue de sa diatribe.

"Marchand de pourriture"

Me Christian Charrière-Bournazel, avocat de la Licra, qui figurait parmi le Mrap et la Ligue des droits de l'homme sur le banc des parties civiles, avait alors qualifié Robert Faurisson de "marchand de pourriture". L'avocat de ce dernier, Me Eric Delcroix, soutenait que "le professeur Faurisson" était victime d'un "délit d'opinion" à raison de son "œuvre". Le débat a alors porté sur la loi Gayssot de 1990 sur le racisme et contre le négationnisme.
Par ailleurs, la sortie de Faurisson ainsi que d'autres émissions proposées par Sahar-1 avaient poussé le CSA à adresser le 10 février 2005 une mise en demeure à Eutelsat, satellite assurant la retransmission de la chaîne en France, de cesser la diffusion des programmes de la chaîne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je sais que ça n'est pas l'endroit, mais quand même...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu sais que tu es un juriste quand...
» Je ne sais plus quoi penser
» Je ne sais pas parler à ma prof !
» Tu sais que tu crées des langues quand...
» Que sais-je ...Vraiment ?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les questions de cours et administratives :: Discussion-
Sauter vers: