Bienvenue sur le forum de votre faculté !
Degemer-mad war poull-kanna o rannskol !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 21:14

Pas question pour moi de lancer une polémique minable (le premier qui fait un lien entre cet evenement et nos petites polémiques... Evil or Very Mad) mais simplement de lancer un débat :


le Monde a écrit:


Robert Redeker, professeur de philosophie et essayiste, est la cible de menaces de mort depuis la parution d'une tribune dans Le Figaro du 19 septembre, dans laquelle il critiquait l'islam et le prophète Mahomet. Il reçoit quotidiennement des messages hostiles sur sa boîte e-mail. La Direction de la surveillance du territoire (DST) a repéré des pages de forums islamistes jihadistes, en anglais, sur lesquelles se trouvent sa photo, son adresse et un plan de rue pour se rendre à son domicile. Il y est qualifié de "porc".

M. Redeker, qui enseigne la philosophie au lycée de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne), a été placé sous protection policière. Il a dû quitter son domicile et n'enseigne plus depuis le 20 septembre. "Aujourd'hui, je vis sur le territoire de la République en clandestin, a-t-il déclaré au Monde. Je suis comme prisonnier, je n'ai plus la liberté d'aller et venir. Je me sens abandonné, dans la mesure où je n'ai reçu du ministère de l'éducation nationale aucune aide logistique."

Le premier ministre, Dominique de Villepin, a jugé "inacceptable" cette "fatwa", vendredi 29 septembre sur RMC-Info. La veille, sur RTL, le ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, s'était déclaré "solidaire" du professeur de philosophie, ajoutant cependant : "En signant une tribune libre, cet enseignant a impliqué l'éducation nationale. Un fonctionnaire doit se montrer prudent, modéré, avisé en toutes circonstances."

Robert Redeker s'étonne de l'intervention du ministre : "Si ce principe de modération s'était appliqué, il n'y aurait pas eu de vie intellectuelle en France, dans la mesure où beaucoup de penseurs étaient des fonctionnaires. En outre, le rôle du politique n'est pas de dire ce qu'on doit penser, mais de protéger la liberté d'expression." L'enseignant s'interroge aussi sur "l'absence de réactions des syndicats enseignants et des associations laïques, plus promptes à critiquer le catholicisme que l'islam".

Dans sa tribune, intitulée "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? ", M. Redeker affirmait notamment : "Chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran. (...) Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l'islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine. Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran." L'édition du quotidien dans laquelle figure cette tribune a été interdite de vente en Tunisie et en Egypte.

En "Une" du Figaro du 29 septembre, Francis Morel, directeur de la publication, et Nicolas Beytout, directeur de la rédaction, condamnent "avec la plus grande fermeté les graves atteintes à la liberté de penser et à la liberté d'expression que cette affaire a provoquées".

Je ne sais pas tout à fait quoi penser de tout ca...et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bast256
Ancien
avatar

Nombre de messages : 265
Promo : Antédiluvienne
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 22:03

oulala il a réveillé une polémique de la meme ampleur que les caricatures de Mahomet la le Monsieur...
c'etait de son droit selon la liberté d'expression de faire cette critique d'autant plus que celle-ci est justement une critique et non un blame mais vu le contexte il fallait s'attendre à ce genre de réponse...
il est dans son droit et, malheureusement par les temps qui court, a fourni à baton pour que beaucoup vienne le battre
après la veritable question reste plutot dans le pourquoi un refus total d'une critique de leur religion chez une grande partie des musulmans?
(tous ne sont pas aussi remonté bien entendu)

_________________
Bastien
Ancien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://facultesegalen.forumactif.com
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 22:22

Ouh là! Ben on est pas sortis avec ce sujet que j'avais vu passer moi aussi…
Bon, tentons de sérier les problèmes:
1. De quoi s'agit-il? Des limites de la liberté d'expression

2. Au nom de quoi l'auteur s'exprime-t-il, sachant que c'est par ailleurs l'un de mes nombreux collègues, en tant que tel mis en cause par son propre Ministre, autour d'une vision "light" du devoir de réserve?

3. Le thème? La différence de traitement entre les différentes religions (Naaaathaaalie! Laughing ).
Bon, la liberté d'expression: disons déjà bien sûr que tout appel à la vengeance privée (au fait, DDV ferait mieux d'apprendre vite fait ce qu'est vraiment une fatwa, plutôt que de laisser ce mot précis ne plus rappeler au monde que celle visant Rushdie… Averroès aussi rendait des fatwas et ça en fait pas un méchant intégriste!) est par principe condamnable dans un Etat de droit… Pour régler ce genre de litiges, il y a des tribunaux…

Ce qui nous amène à un problème plus vaste: celui du statut de la transcendance par rapport à l'espace public dans nos Etats laïcisés, et évidemment c'est pas simple, surtout pour une religion "nouvelle venue" en Europe et par ailleurs diversement stigmatisée un peu partout…
De ce point de vue, la comparaison entre le "statut" du catholicisme et celui de l'islam chez nous est une ruse rhétorique, qui néglige le temps qu’il a fallu à l’Europe pour construire une laïcité à géométrie variable, de surcroît fondée sur son rapport au christianisme, et pas du tout à l’Islam, même si le débat entre l’Islam et laïcité se pose aussi, par exemple en Turquie ou dans les pays décolonisés dans les années 60.
Aujourd’hui, il ne viendra sans doute pas à l’esprit d’un chrétien de chercher à mettre à mort quelqu’un qui blasphème, mais il n’est sans doute pas besoin de rappeler que les chrétiens ont aussi mis du temps à avoir TOUS de l’humour ou au moins de l’indifférence à l’égard de telle ou telle forme de sacrilège.

Bref la question de la liberté d’expression vis-à-vis d’une transcendance, ou en général du sacré, implique une théologie politique qui d’une part réclame un effort théorique et exégétique complexe et aussi pratiquement, la constitution d’un Etat qui sache se confronter lui-même aux problèmes entre l’espace public et le sacré (cf approches du divin, pour ceux qui y seraient venus), ce qui ne va pas de soi.

Cette théologie politique est-elle plus difficile à construire dans le cadre de l’Islam que dans celui de la Bible ? Je ne crois pas, et renverrai volontiers au Discours décisif d’Averroès, qui constitue un modèle de modération intelligente dans la manière d’inscrire l’Islam dans le champ d’une politique rationnelle. A lire pour ceux que cela intéresse, même si c'est un peu ancien comme texte…

Ce qui rend ici le cas particulier encore plus complexe, c’est le fait que même si mon collègue ne s’exprime pas au nom de l’Etat républicain, il le représente du simple fait de son métier et qu’en plus, il réclame la protection de l’Etat, qui d’ailleurs est due à n’importe quel citoyen victime de menaces de mort avérées et explicites. Là encore, plus on s’emmêle, moins on comprend : d’abord, l’Education Nationale n’a pas à protéger (physiquement ? on va engager des gardes du corps ?) ses membres, c’est à l’Intérieur de protéger des citoyens, sachant qu’en plus écrire dans le Figaro ne peut rentrer dans « l’exercice des fonctions » d’un prof de philo: que celui-ci soit prof de philo ou quoi que ce soit d’autre ne change pas grand-chose à l’affaire, si ce n’est que l’article en question semble bien plus jouer sur la provocation (et pourquoi pas ?) que sur la profondeur d’analyse du Coran.

D’une certaine manière, d’ailleurs la provoc’ a ici joué son rôle, en confirmant par l’absurdité de la réaction de certains musulmans fondamentalistes et théocratiques l’apparent bien-fondé des thèses en question.
Il reste justement que la « philosophie » en tant que telle n’est pas plus impliquée par les propos d’un prof de philo que l’Islam par la bêtise de certains qui s’en réclament. Ce qui pêche ici, et sans doute des deux côtés, même si mon collègue n’a heureusement pas fait dans l’appel au meurtre, c’est la prétention toujours imbécile à la simplicité de la compréhension d’un texte, surtout sacré : l’exègèse que propose mon collègue est ici tout aussi simpliste que celle de ceux auxquels il s’en prend, et dans un cas comme dans l’autre l’athéisme (ou l’anti-islamisme ?) idiot est tout aussi idiot que le fondamentalisme fanatique même s’il est heureusement moins dangereux de nos jours.

Bref, sans vouloir rendre un jugement de Salomon, je trouve la polémique ici évitable en tout cas en ces termes ! En revanche, quelques questions :
— — toute religion se prête-t-elle « à égalité » à une théologie politique compatible avec la laïcité ? Je n’en sais rien, mais malgré les massacres, quelques Etats ou quelques penseurs montrent qu’il y a de l’espoir (si du moins la laïcité n’est pas un vain mot, ou un stade transitoire de l’histoire du Monde…)

— Qu’en est-il de la position d’un Etat « laïc » face à ce genre d’extrêmisme ? D’abord veiller à isoler le problème, plutôt que de céder lui-même à des amalgames (entre religion et pays d’origine, par exemple ou encore à utiliser le mot fatwa à tort et à travers!)

— De quel droit peut-on se servir d’un prétendu « titre » alors qu’on s’exprime en tant que citoyen ? C’est toujours un peu sophistique de mettre sa « situation » sociale ou professionnelle en avant, mais dans l’univers médiatique d’aujourd’hui, le « citoyen lambda » a peu de chance de voir sa pensée publiée, ce qui pose, en un autre sens, la question de la liberté REELLE d’expression…

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…


Dernière édition par le Ven 29 Sep 2006, 22:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 22:23

bast256 a écrit:

c'etait de son droit selon la liberté d'expression de faire cette critique d'autant plus que celle-ci est justement une critique et non un blame mais vu le contexte il fallait s'attendre à ce genre de réponse...
Est-ce un droit de juger une religion ? ca tient quand meme au plus intime de l'humain.
"Chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran." C'est quand meme un peu plus qu'une petite critique...

Citation :
après la veritable question reste plutot dans le pourquoi un refus total d'une critique de leur religion chez une grande partie des musulmans?
(tous ne sont pas aussi remonté bien entendu)
Une GRANDE partie ? On doit pas avoir rencontré les meme ! Et pourquoi un tel refus ? ben parce que, comme je le disais ca touche à l'intime, au sens qu'on donne au monde. Y a exactement les meme chez les cathos...
precision peut etre utile je suis completement athée


Evidemment je ne justifie pas une condamnation à mort pour quelques lignes dans un journal mais attention quand meme aux generalités qui font le jeu de la minorité qui s'approprie l'islam pour semer la terreur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olive
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 07/09/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 23:05

Cette histoire est consternante ! Parce que vu la violence des propos tenus par ce « philosophe », il aurait pu savoir à quoi il s’exposait (d’autant que les polémiques sur les propos du pape ou celles sur les caricatures danoises étaient passées par là). Ce qui me fait gentiment marrer, c’est sa façon de pleurnicher après. Je me dis, soit ce mec est courageux et assume ses idées sans se soucier des menaces, quelles qu’elles soient, soit ce mec n’a écrit sa tribune dans le Monde que pour se faire mousser et alors ce n’est qu’un naze. La liberté d’expression me semble toutefois essentielle (n’en déplaisent aux censeurs où qu’ils soient Twisted Evil ), mais encore faut-il oser en assumer toutes les conséquences lorsqu’on s’en empare.
Tiens au fait, j’aime beaucoup votre dernier paragraphe Apo ; il répond en effet partiellement à une question que je me posais vis à vis de certains de vos écrits sur ce forum Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Ven 29 Sep 2006, 23:11

Olive a écrit:
Cette histoire est consternante ! Parce que vu la violence des propos tenus par ce « philosophe », il aurait pu savoir à quoi il s’exposait (d’autant que les polémiques sur les propos du pape ou celles sur les caricatures danoises étaient passées par là). Ce qui me fait gentiment marrer, c’est sa façon de pleurnicher après. Je me dis, soit ce mec est courageux et assume ses idées sans se soucier des menaces, quelles qu’elles soient, soit ce mec n’a écrit sa tribune dans le Monde que pour se faire mousser et alors ce n’est qu’un naze. La liberté d’expression me semble toutefois essentielle (n’en déplaisent aux censeurs où qu’ils soient Twisted Evil ), mais encore faut-il oser en assumer toutes les conséquences lorsqu’on s’en empare.
Tiens au fait, j’aime beaucoup votre dernier paragraphe Apo ; il répond en effet partiellement à une question que je me posais vis à vis de certains de vos écrits sur ce forum Laughing
Assez d'accord avec vous (sauf que la tribune en question était dans le Figaro, pas dans le Monde), c'est vrai que son auteur aurait pu savoir que "qui sème le vent récolte la tempête" Laughing
Comme je viens d'ailleurs de le souligner, c'est drôle, puisque nous jouons à contre-emploi l'un et l'autre dans ce sujet, vous trouvez pas!?
Sinon, en effet, je ne vous cache pas que j'ai des problèmes avec ma "liberté d'expression", en tant du moins qu'elle repose aussi sur mon "titre", et précisément vous trouverez des tas de posts sur ce forum ou sur l'autre ou je m'interroge à ce propos, du moins à chaque fois qu'on pose tranquillement la question, sans commencer par "tirer dans le tas". Cela dit, ici comme dans un espace public plus vaste, la liberté d'expression implique des limites pas toujours faciles à situer, d'autant que la situation des différents intervenants la parasite parfois, cela, mais seulement cela Laughing , je vous l'accorde bien volontiers…

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Phi
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 31
Promo : Histoire / Assesseur
Localisation : B 103 - B 104 - B 111
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 00:45

Apollodore a écrit:
— De quel droit peut-on se servir d’un prétendu « titre » alors qu’on s’exprime en tant que citoyen ? C’est toujours un peu sophistique de mettre sa « situation » sociale ou professionnelle en avant, mais dans l’univers médiatique d’aujourd’hui, le « citoyen lambda » a peu de chance de voir sa pensée publiée, ce qui pose, en un autre sens, la question de la liberté REELLE d’expression…

Je rebondis aussi, ça me rappelle autre chose. Peut-on "vendre" ses idées juste en les planquant derrière son titre ? Votre avis a-t-il plus de valeur parce que vous avez un titre ? Est-il facile de s'auto-proclamer expert de quelque chose et donc de voir son avis promulgué en loi intemporelle (ou en vérité incompressible... ) ? Est-il facile de travestir son opinion en objectivité factuelle ?

Désolé si je floode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gweltaz
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 33
Promo : Histoire
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 01:29

le Monde a écrit:


. Je suis comme prisonnier, je n'ai plus la liberté d'aller et venir.


Non, moi non plus, ça me rappelle rien du tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 01:31

Gweltaz a écrit:
le Monde a écrit:


. Je suis comme prisonnier, je n'ai plus la liberté d'aller et venir.


Non, moi non plus, ça me rappelle rien du tout
Eh oui, prisonnier du vaste monde… Laughing

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 01:34

Gweltaz a écrit:
le Monde a écrit:

. Je suis comme prisonnier, je n'ai plus la liberté d'aller et venir.

Non, moi non plus, ça me rappelle rien du tout
lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 01:40

Jean-Phi a écrit:

Je rebondis aussi, ça me rappelle autre chose. Peut-on "vendre" ses idées juste en les planquant derrière son titre ? Votre avis a-t-il plus de valeur parce que vous avez un titre ? Est-il facile de s'auto-proclamer expert de quelque chose et donc de voir son avis promulgué en loi intemporelle (ou en vérité incompressible... ) ? Est-il facile de travestir son opinion en objectivité factuelle ?
C'est marrant que vous parliez en même temps de "vendre" et d' "expert", vous allez dire que c'est déformation professionnelle, mais c'est pile la définition du sophiste: vendre de l'expertise, se protéger derrière des compétences, un titre, une position quelconque, afin de masquer la possible vacuité du discours. Maintenant, l'univers épistémologique dans lequel nous baignons est en permanence celui de l'expertise, voire de l'expert en expertise (le Ministère nous envoie ses "experts" pour examiner nos "experts"), autrement dit, pas le temps de vérifier quelque affirmation que ce soit, et ainsi c'est bien plus pratique de balancer sa propre "expertise". L'avantage de la philo, entre autres, c'est précisément que comme disait Sartre, en principe nous discutons "rien dans les mains, rien dans les poches" ou comme disait encore mieux Desanti, que nous sommes "des flambeurs"… Wink . Le risque étant, et il n'est pas mince, de nous laisser piéger à notre tour par le réconfortant prétexte de l'expertise…

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 22
Promo : Philo
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 02:50

bast256 a écrit:

c'etait de son droit selon la liberté d'expression de faire cette critique d'autant plus que celle-ci est justement une critique et non un blame mais vu le contexte il fallait s'attendre à ce genre de réponse...
il est dans son droit et, malheureusement par les temps qui court, a fourni à baton pour que beaucoup vienne le battre
après la veritable question reste plutot dans le pourquoi un refus total d'une critique de leur religion chez une grande partie des musulmans?
(tous ne sont pas aussi remonté bien entendu)

Comme l'a fait remarquer Chloé, ici, c'est plus qu'une simple critique qui pourait être constructive... A mon humble avis, il faudrait pouvoir lire l'article dans sa totalité (quelqu'un l'a ?), mais il ne semble pas y aller de main morte.
Dans mon esprit, (c'est peut être un tort ?) qui dit prof de philo dit personne ayant tout de même une certaine capacité à réfléchir sur ses propos... Pour moi il me semble qu'en philo, on apprend à comprendre l'importance des mots, alors pourquoi s'exprimer ainsi dans un texte qui n'a certainement pas été écrit et publié à la va-vite ?

Il juge la violence de certains pratiquants d'une autre religion (et dans ce cas c'est plus les personnes que la religion qu'il faut blâmer) en s'exprimant de façon assez brusque... On dirait vraiment qu'il n'a pas songé à ce qu'il disait... Et pire, il juge la religion dans sa totalité, ce qui à mon avis est encore plus grave. Lorsque l'on s'attaque ainsi à une chose si importante pour des milliers de gens, c'est indirectement à eux qu'on s'attaque, et là il le fait de manière assez stupide (si je puis me permettre) d'après l'extrait que tu as mis...

Et puis lorsqu'il parle de Mahomet, je suis désolée, mais rares sont les religions où tout le monde est beau, gentil, généreux... C'est bête à dire, mais il y a de la violence dans une grande partie des religions. D'ailleurs -et ma question n'a rien d'ironique ou d'une quelconque figure de style - quelqu'un peut il me donner une religion qui clame la paix, et qui n'ai jamais commis un seul acte non pacifique ? Je ne m'y connais pas assez en religion mais ca m'intrigue toutes ces contradictions...

C'est certainement idiot de ma part de penser ça, mais pour moi on arrive rarement à ses fins -ou même simplement à discuter pour s'améliorer ou aider les autres à s'améliorer (d'ailleurs de quel droit se croit on en droit de penser qu'on est meilleurs et qu'il faut aider les autres à s'améliorer du moment qu'ils ne nous nuisent pas et qu'ils sont libre du mal et du bien qu'il se font ?)- quand on va violement à contre courant... Il y a déjà suffisement de violence dans le monde, je ne comprend pas les gens qui n'arrivent pas à se modérer, surtout sur des sujets si sensible...
Là je vais me faire huer, mais je serais plus partisanne du discours, quite à faire quelques consessions si cela peut aider les choses à avancer (même si c'est à vitesse d'escargot, mieux vaut tard que jamais), que de foncer dans le tas en faisant beaucoup de bruit sans régler vraiment la question en profondeur...

Par contre, une question (une de plus), j'ai peut être mal lu mais il est tard -ou tôt - il n'a pas utilisé son titre de prof de philo en signant l'article si ? parce que s'il a bien écrit son article en tant que Robert Redeker, je ne vois pas pourquoi l'éducation nationnale vient se plaindre...
Et puis les gens sont quand même assez grands pour savori que ce n'est pas parce que tel ministère dit ca que tout ceux qui travaillent pour lui pensent exactement la même chose, et que ce que disent les particulier ne représente pas necessairement le ministère dont il font partit...

En revanche, même s'il a mal usé de son droit d'expression, sur le coup, je suis déaccord qu'il doit bénéficier d'une protection, comme n'importe qui dont la vie serait menacée... Parce que le petit père, je n'aimerais pas être à sa place pour le coup...

Enfin voilà, réfléxion certes peu interessante, mais je force personne à lire mes posts ^^ lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibichoc
Ancien
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 39
Promo : m1 histoire
Localisation : brest
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 05:23

Depuis un certain temps, il y a des problémes avec les religions. Supprimons les et tout rentrera dans l'ordre.
Cependant si l'Islam "sue" la haine et la violence, que dire des autres, elles transpirent de la même façon.

Ma seule religion est le pacifisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gweltaz
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 33
Promo : Histoire
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 11:07

bibichoc a écrit:
Depuis un certain temps, il y a des problémes avec les religions. Supprimons les et tout rentrera dans l'ordre.
Cependant si l'Islam "sue" la haine et la violence, que dire des autres, elles transpirent de la même façon.

Ma seule religion est le pacifisme.


Ouais. On les supprimerait tous, et y'aurait des gens pour dire que leur athéisme est mieux que celui du voisin.

J'ai l'impression - et tant pis pour le lieu commun - qu'on peut plus rien dire. Je suis allé voir le spectacle de Desproges repris par une troupe de comédiens au Quartz, et j'entendais certes les gens rirent, mais aussi certains pousser de gros soupirs, ou semblés juste très choqués par certaines paroles écrites par le regretté Pierrot. Notamment lors de son sketch très célèbre sur les Juifs. Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Segalen
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 147
Promo : à l'ouest
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 11:38

bibichoc a écrit:
Supprimons les et tout rentrera dans l'ordre.

J'ai tendance a penser que depuis que la religion (en l'occurence catholique) a perdu sa place par chez nous, le comportement de la poulation va de mal en pis. Comment expliquer ça ? Perte de repères communs, tendance à l'individualisme... (c'est plus facile de ne penser qu'a sa goule, surtout quand on passe son temps enfermé chez soi avec sa télévison plutot que d'aller boire un ballon avec les voisins chez Martine après la messe).

Enfin, moi j'dis ça, j'dis rien Rolling Eyes

_________________
Audi, vide, tace, si tu vis vivere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Phi
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 31
Promo : Histoire / Assesseur
Localisation : B 103 - B 104 - B 111
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 11:46

C'est tout à fait vrai, on ne peut plus rien dire, et si je ne me trompe pas, c'est la résultante du respect à tous prix, le fruit de la tolérance absolue, qui en devient donc intolérante.
Depuis quelques années, on a le droit au retour d'une espèce de bienséance hypocrite, qui fait que tout, ou tout le monde, doit être respecté et respectable. Mais comme personne ne le pense vraiment, le seul moyen "d'avoir l'air de", c'est de s'attaquer à ceux qui n'ont pas "l'air de", alors qu'ils sont souvent eux-mêmes les plus tolérants. Ainsi, s'enfonçant petit à petit dans un communautarisme rapace, chaque strate de la société n'a qu'une idée en tête : n'être pas moins respectable que le voisin, et donc faire le plus tapage possible dès que quelque chose dépasse. Ecoutez, les cathos se plaignent que personne ne s'éléve quand on les attaque...
Si jamais comme tu dis Gweltaz des comiques disparus revenaient, quel constat terrible feraient-ils sur nous ? Que se serait-il passé si le sketch de Coluche sur les travailleurs immigrés avait été créé aujourd'hui ?
Bon je m'excuse si ça vous semble pas cohérent, mais je me réveille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 22
Promo : Philo
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 12:17

bibichoc a écrit:

Ma seule religion est le pacifisme.

héhé, un mec bien ^^ clap clap clap ^^ j'aime bien cette religion, c'est comme celle des adorateurs de chocolat, elle ne fait de mal à personne et remonte toujours le moral ^^


par contre

Jean-Phi a écrit:
C'est tout à fait vrai, on ne peut plus rien dire, et si je ne me trompe pas, c'est la résultante du respect à tous prix, le fruit de la tolérance absolue, qui en devient donc intolérante.
Depuis quelques années, on a le droit au retour d'une espèce de bienséance hypocrite, qui fait que tout, ou tout le monde, doit être respecté et respectable. Mais comme personne ne le pense vraiment, le seul moyen "d'avoir l'air de", c'est de s'attaquer à ceux qui n'ont pas "l'air de", alors qu'ils sont souvent eux-mêmes les plus tolérants.

Je ne sais pas si tout le monde est pareil tu sais, ce n'est pas parce que l'on ne crie pas ce que l'on pense, comme ca, cash que l'on est hypocrite.
Il faut savoir dire ce que l'on pense, mais savoir aussi ne pas blesser les gens avec nos propos, c'est du simple respect. Maintenant je suis d'accord que le risque est là que le respect se transforme en solution pour fermer son clapet, mais de là à dire que notre société moderne est complètement pourrie... Bon, d'accord, par certains points, elle l'est, mais tout de même ! un peu d'espoir que diable !! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Phi
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
Gardien et Garant des Traditions Vraies et des Vérités Incompressibles
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 31
Promo : Histoire / Assesseur
Localisation : B 103 - B 104 - B 111
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 13:03

Gabrielle a écrit:
Maintenant je suis d'accord que le risque est là que le respect se transforme en solution pour fermer son clapet, mais de là à dire que notre société moderne est complètement pourrie... Bon, d'accord, par certains points, elle l'est, mais tout de même ! un peu d'espoir que diable !! ^^

L'espoir est en nous, jeune Padawane !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Segalen
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 147
Promo : à l'ouest
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 13:05

Et bin, c'est pas gagné !

_________________
Audi, vide, tace, si tu vis vivere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jean-marie
Ancien
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 31
Promo : M1 histoire
Localisation : B 105
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 13:48

Sur le coup, cette histoire m'a fait penser à une seule personne : Tariq Ramadan, perssonnage controversé s'il en est... Lui, ce genre d'insultes et de menaces (proférées y compris par des hommes politiques), il en a essuyé des dizaines sans que cela n'émeuve réellement la "bien pensance", politico-médiatique notamment.

Deux poids, deux mesures, comme qui dirait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 14:31

jean-marie a écrit:
Sur le coup, cette histoire m'a fait penser à une seule personne : Tariq Ramadan, perssonnage controversé s'il en est... Lui, ce genre d'insultes et de menaces (proférées y compris par des hommes politiques), il en a essuyé des dizaines sans que cela n'émeuve réellement la "bien pensance", politico-médiatique notamment.
Deux poids, deux mesures, comme qui dirait
Ramadan a eu des menaces de mort explicites publiques ?
Une fatwa de condamnation à mort c'est lourd quand meme !

Sinon vous connaissez la chanson de Didier Bourdon ?

"Si j' veux parler d'Allah, on va me dire là vaut mieux pas
Si j' prononce le mot kippa, t'es gentil tu la gardes pour toi
Si je vous dis Jésus désolé ça n'intéresse plus
Et pareil pour Bouddha ? Ah oui le fromage des Pays-Bas
On ne peut plus rien dire
Si tu veux pas te retrouver seul t'as intérêt de fermer ta gueule
On ne peut plus rien dire"

Ceci dit l'exces inverse est pas mieux, le respect mutuel moi j'y crois quand meme un peu. On peut emettre des reserves en restant poli (n'est pas Taz ? Very Happy ) et la provoc systématique sur ce genre de sujets me parait quand meme bien violente (rapport à l'intime tout ca...) et dangereuse pour tout le monde ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 15:28

Trouvé le texte originbal de Redeker, euh....

Robert Redeker a écrit:
Les réactions suscitées par l’analyse de Benoît XVI sur l’islam et la violence s’inscrivent dans la tentative menée par cet islam d’étouffer ce que l’Occident a de plus précieux qui n’existe dans aucun pays musulman : la liberté de penser et de s’exprimer.

L’islam essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres.

Comment expliquer l’interdiction du string à Paris-Plages, cet été ? Étrange fut l’argument avancé : risque de « troubles à l’ordre public ». Cela signifiait-il que des bandes de jeunes frustrés risquaient de devenir violents à l’affichage de la beauté ? Ou bien craignait-on des manifestations islamistes, via des brigades de la vertu, aux abords de Paris-Plages ?

Pourtant, la non-interdiction du port du voile dans la rue est, du fait de la réprobation que ce soutien à l’oppression contre les femmes suscite, plus propre à « troubler l’ordre public » que le string. Il n’est pas déplacé de penser que cette interdiction traduit une islamisation des esprits en France, une soumission plus ou moins consciente aux diktats de l’islam. Ou, à tout le moins, qu’elle résulte de l’insidieuse pression musulmane sur les esprits. Islamisation des esprits : ceux-là même qui s’élevaient contre l’inauguration d’un Parvis Jean-Paul-II à Paris ne s’opposent pas à la construction de mosquées. L’islam tente d’obliger l’Europe à se plier à sa vision de l’homme.

Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui à nouveau, des intellectuels incarnent cet oeil du Coran, comme ils incarnaient l’oeil de Moscou hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme.

Dans l’ouverture à autrui, propre à l’Occident, se manifeste une sécularisation du christianisme, dont le fond se résume ainsi : l’autre doit toujours passer avant moi. L’Occidental, héritier du christianisme, est l’être qui met son âme à découvert. Il prend le risque de passer pour faible. À l’identique de feu le communisme, l’islam tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des moeurs, les valeurs démocratiques, pour des marques de décadence.

Ce sont des faiblesses qu’il veut exploiter au moyen « d’idiots utiles », les bonnes consciences imbues de bons sentiments, afin d’imposer l’ordre coranique au monde occidental lui-même.

Le Coran est un livre d’inouïe violence. Maxime Rodinson énonce, dans l’Encyclopédia Universalis, quelques vérités aussi importantes que taboues en France. D’une part, « Muhammad révéla à Médine des qualités insoupçonnées de dirigeant politique et de chef militaire (...) Il recourut à la guerre privée, institution courante en Arabie (...) Muhammad envoya bientôt des petits groupes de ses partisans attaquer les caravanes mekkoises, punissant ainsi ses incrédules compatriotes et du même coup acquérant un riche butin ».

D’autre part, « Muhammad profita de ce succès pour éliminer de Médine, en la faisant massacrer, la dernière tribu juive qui y restait, les Qurayza, qu’il accusait d’un comportement suspect ». Enfin, « après la mort de Khadidja, il épousa une veuve, bonne ménagère, Sawda, et aussi la petite Aisha, qui avait à peine une dizaine d’années. Ses penchants érotiques, longtemps contenus, devaient lui faire contracter concurremment une dizaine de mariages ».

Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran.

De fait, l’Église catholique n’est pas exempte de reproches. Son histoire est jonchée de pages noires, sur lesquelles elle a fait repentance. L’Inquisition, la chasse aux sorcières, l’exécution des philosophes Bruno et Vanini, ces mal-pensants épicuriens, celle, en plein XVIIIe siècle, du chevalier de La Barre pour impiété, ne plaident pas en sa faveur. Mais ce qui différencie le christianisme de l’islam apparaît : il est toujours possible de retourner les valeurs évangéliques, la douce personne de Jésus contre les dérives de l’Église.

Aucune des fautes de l’Église ne plonge ses racines dans l’Évangile. Jésus est non-violent. Le retour à Jésus est un recours contre les excès de l’institution ecclésiale. Le recours à Mahomet, au contraire, renforce la haine et la violence. Jésus est un maître d’amour, Mahomet un maître de haine.

La lapidation de Satan, chaque année à La Mecque, n’est pas qu’un phénomène superstitieux. Elle ne met pas seulement en scène une foule hystérisée flirtant avec la barbarie. Sa portée est anthropologique. Voilà en effet un rite, auquel chaque musulman est invité à se soumettre, inscrivant la violence comme un devoir sacré au coeur du croyant.

Cette lapidation, s’accompagnant annuellement de la mort par piétinement de quelques fidèles, parfois de plusieurs centaines, est un rituel qui couve la violence archaïque.

Au lieu d’éliminer cette violence archaïque, à l’imitation du judaïsme et du christianisme, en la neutralisant (le judaïsme commence par le refus du sacrifice humain, c’est-à-dire l’entrée dans la civilisation, le christianisme transforme le sacrifice en eucharistie), l’islam lui confectionne un nid, où elle croîtra au chaud.

Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l’islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine.

Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran. Comme aux temps de la guerre froide, violence et intimidation sont les voies utilisées par une idéologie à vocation hégémonique, l’islam, pour poser sa chape de plomb sur le monde. Benoît XVI en souffre la cruelle expérience. Comme en ces temps-là, il faut appeler l’Occident « le monde libre » par rapport à au monde musulman, et comme en ces temps-là les adversaires de ce « monde libre », fonctionnaires zélés de l’oeil du Coran, pullulent en son sein. ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 295
Promo : prof
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 15:42

pis pour une réponse assez détaillée d'un autre de mes collègues (à vous de deviner lequel je préfère… Laughing )
http://www.oumma.com/spip.php?article2184

_________________
On vouvoie le Paradis et on tutoie l'Enfer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olive
Moins nouveau
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 07/09/2006

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 17:04

J’trouve que Taz est toujours resté poli, même sur l’ancien forum, contrairement à toi Chloé. Il était drôle et (im)pertinent. Je pense également que si Desproges vivait toujours, il ne pourrait guère plus s’exprimer, ni dans les médias, ni sur ce forum du reste où il se ferait jarter illico presto par les petits maîtres-censeurs du lycée naval. Trop incisif, trop dérangeant. Lui qui fut le premier à se taper Le Pen en direct sur France Inter, lui qui osa brocarder un autre Clown, Coluche, est de la trempe des comiques en voie de disparition. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Ancien
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 33
Promo : M2 Dynamiques Identitaires mention histoire
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   Sam 30 Sep 2006, 19:22

Olive a écrit:
J’trouve que Taz est toujours resté poli, même sur l’ancien forum, contrairement à toi Chloé. Il était drôle et (im)pertinent. Je pense également que si Desproges vivait toujours, il ne pourrait guère plus s’exprimer, ni dans les médias, ni sur ce forum du reste où il se ferait jarter illico presto par les petits maîtres-censeurs du lycée naval. Trop incisif, trop dérangeant. Lui qui fut le premier à se taper Le Pen en direct sur France Inter, lui qui osa brocarder un autre Clown, Coluche, est de la trempe des comiques en voie de disparition. Dommage.
Mais de quoi tu parles la ?
On parle d'un sujet serieux, ma remarque etait juste un clin d'oeil à Taz rapport à un autre topic ou j'ai ecrit ce que je pensais de lui, tu viens juste de te ridiculiser en interpretant mes mots à l'opposé de ce qu'ils voulaient dire puisqu'en l'occurence, sur Taz nous sommes d'accord.
Et on parle de sujets graves la, pourquoi tu nous parles de desproges et coluche et de tes petites aigreurs personelles ? Tu compares Redeker à Desproges et Coluche peut etre ? Apres avois lu le texte original de Redeker je ne le placerais pas dans la catégorie "libre-penseurs" mais dans la catégorie "intellectuels fascisants".

On peut revenir au sujet s'il te plait ou tu veux absolument faire un caprice de plus et bousiller chaque vrai débat qui s'engage ?

Quant à Desproges il est pas dans la catégorie "en voie de disparition" mais dans la catégorie "comiques disparus"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le reste :: La buvette-
Sauter vers: